Actualités

10 questions et doutes que l’on se pose sur le mariage !


 

Les Mariés « au confessionnal »

Aujourd’hui j’avais envie de répondre aux futurs mariés concernant les questions sur leurs doutes, leurs peurs, leurs problèmes liés au mariage. Très souvent, les futurs mariés n’osent pas exprimer leur questionnement ou ne les expriment pas aux bonnes personnes, car il y a un manque d’objectivité dans leurs réponses.

Afin de mieux vous aiguiller, j’ai écrit cet article avec une excellente psychologue spécialisée dans la vie de couple. Elle vous apporte des éléments et arguments pour mieux comprendre ces doutes, ces questionnements et à les dépasser.

Questions doutes peurs tabous sur le mariage - Le Carnet Blanc - Blog Mariage

1. Mon mari ne veut pas que je garde mon nom de jeune fille

La première chose à faire est de comprendre pourquoi est-ce si important pour votre mari ? Est-ce que ce besoin est lié à la volonté de marquer la tradition ? Pour montrer un signe d’appartenance ? Ou encore que le don de son nom est une manifestation de son amour ? Enfin, purement et simplement pour porter le même nom que les enfants ?

Dans un second temps, c’est à la future mariée de se poser ces questions et de lui exprimer : Pourquoi je n’ai pas envie de changer de nom ?  Parce que je suis professionnellement connue sous mon nom de jeune fille ?  Ou bien vous vivez ça comme un changement d’identité car le nom de naissance représente votre identité originelle. Si c’est douloureux pour vous, expliquez lui. Une fois les raisons connues de l’un et de l’autre, trouvez un compromis :

  • Doubles noms : Le nom d’épouse sera forcément indiqué sur le passeport par exemple (Née XXX, épouse xxx)
  • Conservez l’usage de son nom de jeune fille pour la profession et acceptez de porter le nom marital pour les papiers officiels.

Mais surtout, il ne faut pas que ça se transforme en conflit. Le plus important est de connaître le sens symbolique de l’un ou l’autre concernant la volonté de prendre le nom ou pas. Et il faudra en tenir compte si celui-ci est très fort.

2. Nous sommes de religions différentes.

Les questions liées à religion sont sans aucun doute les plus difficiles à analyser concernant le mariage. La première chose à évaluer c’est le degré d’attachement à sa religion et aux rites qu’il l’incombe. Dans beaucoup de religions le mariage mixte n’est pas possible.  Et il ne faut pas confondre la foi et les rites. Chacun peut garder sa foi, les rites varient. Jusqu’où êtes vous capable de respecter votre croyance et la croyance de l’autre et renoncer à certains rites ?

De toute façon, être en couple avec une personne d’une religion différente est déjà une preuve de tolérance. Vous êtes déjà dans l’acceptation de ne pas être dans la même culture et la même éducation.

La religion ne devrait pas être un obstacle à l’amour et l’union car une grande partie des obstacles ont déjà été dépassés. Il ne faut pas mélanger également sa foi et la pression familiale. La religion revient souvent plus d’une loyauté familiale que la volonté personnelle. Posez-vous cette question : pourquoi je tiens tant à faire un mariage religieux ? Est ce que ne pas me marier religieusement c’est moi qui ne le supporterai pas ou les autres membres de ma famille ? Voici quelques solutions envisageables en fonction de vos souhaits :

  • Cérémonie laïque ou séance d’engagement avec des rites de vos deux religions. Une idée qui pourra faire plaisir et toucher les membres de vos deux familles.
  • Choisir une cérémonie religieuse, celle dont vous ou votre partenaire est le plus attaché.

3.  J’ai toujours eu du mal à me sentir beau ou belle et le jour de mon mariage j’ai peur d’être ridicule, de ne pas être à la hauteur.

La question de l’image de soi, de l’estime de soi et la conscience de sa propre valeur est une construction interne qui n’a pas grand chose à voir avec le regard des autres. Il faut travailler cette question en dehors de l’évènement du mariage.

Dans un premier temps, rappelez vous que si vous êtes parvenus au jour du mariage, c’est qu’une personne a décidé de vous épouser : VOUS et que cette personne vous trouve belle. Evidemment, il faut dire les choses simplement : le fait d’être heureux rend beau.

La beauté commence au moment où vous décidez d’être vous-même
Coco Chanel

Être heureuse rend d’ores et déjà une femme rayonnante et belle. De plus, ce qui peut vous fragiliser le jour du mariage, c’est que vous êtes exposés au regard de tous. Vous avez l’impression d’être sous les yeux de gens qui comparent par rapport à un précédent mariage.

Vous pouvez être aussi abreuvés d’idées reçues provenant d’émissions de télé qui attisent la comparaison, la jalousie, la rivalité. Le jour du mariage ne doit pas être vu comme une exposition mais une expérience à vivre, un jour intime.

4. Mon partenaire ne s’implique pas dans l’organisation du mariage

Je vous arrête tout de suite, ça ne veut pas dire qu’il ne s’y intéresse pas, qu’il s’en fiche ou qu’il ne se sent pas concerné. Cela peut vouloir dire qu’il se sent incompétent dans l’organisation et ce que vous lui demandez. Et que ça fait partie d’un champ de compétences qu’il vous a reconnu. C’est une marque de confiance en son partenaire. Ce qui l’intéresse n’est pas le thème choisi, les décorations, le lieu de réception mais plutôt ce qu’il va vivre durant cet instant-là.

Généralement, les hommes sont moins sensibles au regard des autres mais sensible à l’instant présent. Et il ne faut pas que ça devienne une source de conflit. Tenez-le au courant, sans lui demander d’être la tête pensante.  Par exemple, votre partenaire est adepte du « Fais comme tu veux ». Simplement car tout lui convient du moment qu’il fait ce voyage de vie avec vous. Justement, c’est aussi l’occasion pour vous de faire ce que vous avez envie.

Vous pouvez très bien imaginer l’inverse aussi, si vous êtes deux à vous impliquer de façon trop intense, il y aura aussi un conflit car chacun voudra faire ce qu’il a envie et imposer ses idées.

Pour conclure, l’organisation n’a pas vraiment d’importance, ce qui est important c’est de se marier avec vous.

5. Mon partenaire ne veut pas se marier

Là encore, la question du : pourquoi ne veut-il pas se marier est de rigueur. Ce non-désir est-il lié à une impression d’enfermement ? de démarches administratives superflues ? d’une mauvaise expérience précédente ? d’une mauvaise représentation du mariage comme un divorce parental ? Ou encore qu’il n’est pas nécéssaire de se marier pour s’aimer, le véritable amour c’est d’avoir des enfants ?  Pourquoi pour vous c’est important de se marier ?

Pour vous aussi, que représente le mariage ? Cela peut être la tradition, un engagement supplémentaire, une importance pour votre famille ou encore si vous êtes une femme : changer de nom, porter une robe blanche comme dans vos souvenirs d’enfant.

Il vous faudra trouver un compromis quoiqu’il arrive. Soit votre partenaire en discutant calmement avec vous de vos points de vue reviendra sur son non-désir de mariage. Soit vous serez convaincu que finalement vous pourrez vivre votre amour sans vous marier. Il faut le rappeler le mariage est une marque identitaire. Dire que vous êtes en couple, et que vous en êtes fiers. Il y a d’autres façons de légitimer votre relation et voici quelques idées pour un bon compromis :

  • Mariage civil en petit comité avec la famille et amis proches
  • Un PACS, qui rend juridiquement publique votre union
  • Une fête simplement pour célébrer votre amour, votre couple, la date de votre rencontre. C’est une occasion pour s’offrir un bijou en toute intimité, vous pourrez même porter une robe blanche ce jour là ! Un moment à vous pour officialiser votre amour, votre couple, votre engagement.

6. Je me pose des questions, j’ai des doutes le jour de mon mariage

« Au secours, Je ne veux plus me marier ! ». Vous vous posez un milliard de questions, vous avez des doutes sur votre mariage ? Se marier est toujours présenté comme un sacrement très fort, d’un engagement pérenne et de quelque chose de définitif. Je vous comprends : prendre un engagement à la vie à la mort c’est légitimement angoissant.

La seule chose dont vous pouvez être sûrs c’est qu’il faut être sincère l’un envers l’autre. Le jour J est un jour symbolique d’engagement. Mais cet engagement est un choix sans cesse renouvelé lors de votre vie. C’est-à-dire, se redire « oui, je suis heureuse d’être avec cette personne, elle me rend heureuse et je veux être avec elle. C’est l’acceptation de vivre avec l’autre tous les jours qui est déjà un engagement renouvelé.

Que l’on soit donc bien clair : C’est normal d’avoir des doutes ! On aime dans le « ici » et le « maintenant ». Ce qui soutient le mariage c’est l’amour. L’amour doit être le facteur essentiel du mariage. Il est vrai qu’il y a un paradoxe entre le mariage qui est un contrat et l’amour qui est un sentiment. Tu peux honorer un contrat et le décider mais un sentiment n’est pas facilement contrôlable.

La vérité est dans ce que vous ressentez le JOUR J, et le doute est un leurre car le véritable engagement est celui qui se renouvelle chaque seconde auprès de votre partenaire. Cependant, le mariage est totalement différent que de donner naissance à un enfant car vous aurez un lien indestructible avec votre partenaire, et ce pour toujours.

7. Je suis obsédée par mon mariage

Souvent, c’est une manifestation d’angoisse et un désir d’hyper maitrise. J’ai peur que ce soit mal organisé, que je ne sois pas au top ou encore je ne vais pas y arriver. Principalement, vous souhaitez que tout se passe bien pour tout le monde. Il est normal de se poser des questions et d’avoir des doutes lorsque l’on prépare son mariage.

Premier conseil : décontractez-vous ! Se marier ce n’est pas passer un examen. Si le mariage doit être réussi, c’est que pour vous qu’il doit l’être.  Pour qu’il soit mémorable cela signifie : partager votre joie avec les gens que vous aimez et vivre une expérience inoubliable.

La réussite du mariage ne tient pas dans l’organisation mais de ce qu’on y vit.  On ne peut pas être dehors et dedans : organiser est un métier et vivre l’expérience est votre rôle. Il faut que l’organisation de votre mariage reste un plaisir et pas une tâche à accomplir. Rappelez-vous que le Jour J vous n’avez rien à prouver mais juste à éprouver. Je vous propose quelques solutions pour vous aider à mieux vivre les préparatifs:

  • Accordez-vous des moments de pause ! Une journée par semaine, ne parlez pas mariage, ne pensez pas mariage, faîtes une pause dans les préparatifs. Profitez d’un moment pour vous retrouver seul ou à deux comme au temps où vous n’aviez pas prévu de vous marier.
  • A l’inverse, consacrez une ou plusieurs journées par semaine où vous avancez sur l’organisation de votre mariage. Le fait de s’accorder des pauses vous permet de vous replonger dans les préparatifs de façon plus sereine et proactive.
  • Si vous êtes vraiment trop dépassés et que votre budget vous le permet : Optez pour les services d’un wedding planner. Vous pouvez lui demander une organisation totale, partielle ou juste de coordonner le jour J. C’est son métier, et il sera à même de vous conseiller et vous soulager dans l’organisation. Il sera important d’avoir confiance en la personne que vous choisissez pour vous aider à organiser et surtout lâchez prise.

8. Comment éviter la déprime post-mariage ?

Après les moments de grande joie il y a inévitablement une descente. Ce n’est pas forcément une dépression. Elle correspond à la chute de l’adrénaline et d’un retour à la normale. Surtout si vous avez vécu une excitation intense ou une tension extrême avec l’angoisse des préparatifs. Le jour du mariage n’est qu’un instant T, la vraie expérience du mariage est ce que vous vivez après.

Relativisez, la vie ne peut pas être toujours dans l’excitation totale, ce serait épuisant. Il existe une nécessité de variations au cours de notre existence. Il y a des pics comme le moment du mariage et des creux qui sont les moments de crise. Notre ambition n’est pas d’avoir toujours de grands instants de joie intenses puis des grands instants de vide mais c’est d’avoir un petit clapotis régulier qui donne un mouvement à notre vie. Je vous donne quelques astuces pour prolonger l’euphorie et le moment du mariage :

  • Organisez un lendemain de mariage ! Vous n’êtes pas obligés d’inviter tout le monde, mais de faire un repas en petit comité avec votre famille et vos amis proches. Cela permettra de ne pas se couper net de la fête du mariage parfois très intense.
  • La lune de miel est aussi le meilleur moyen de se remémorer votre mariage. Mon conseil est d’espacer le voyage de noces de votre jour J. Organisez-le quelques semaines voire quelques mois après.
  • Fêtez vos anniversaires de mariage ! A deux, en famille, ou avec une grande fête ! Peu importe, l’important est que chaque année vous pouvez vous remémorer ce bon souvenir.

9. Mes parents sont divorcés je redoute leur confrontation lors de mon mariage

Il y a beaucoup de personnes qui ne se marient pas pour éviter ce genre de problèmes. Le mariage, l’engagement avec l’autre et la construction de sa propre famille c’est le premier moment de rupture, de distanciation avec la famille d’origine. Ce moment là doit être un moment d’autonomie et de choix. Dans la façon dont vous allez affirmer vos choix vous allez passer par un acte de différentiation. Par exemple, vous allez inviter les personnes dont vous avez envie et que vous aimez.

Le crédo à prendre : « Viens qui veut ».  Vous décidez d’inviter vos parents car vous les aimez et que vous avez besoin de leur présence. S’ils viennent, il faudra probablement mettre en place un pacte de paix et un « cessez le feu ». Et leur rappeler que c’est le couple parental qui est convié pas leur couple conjugal. D’autant plus que le mariage des enfants réveille souvent le souvenir du mariage des parents.

10. Comment résister à la pression familiale ?

La première chose est de dire que vous prenez en charge financièrement votre mariage si possible. Cela montre votre autonomie, et vous aurez moins de scrupules à dire non à votre famille. Expliquez et posez les limites à deux de l’intérêt et la contribution que vous souhaitez attribuer à vos parents. Le mariage est un acte d’autonomie et le moment de faire ses propres choix. Rappelez-vous que c’est votre mariage, votre expérience et qu’il ne s’agit pas  de faire plaisir aux autres mais se faire plaisir avant tout.

Conclusion des questions et doutes liés au mariage

En résumé, il est normal de se poser des questions et d’avoir des doutes lorsque l’on prépare son mariage. Se marier est la première expérience de compromis dans le couple. Ces compromis que vous devrez sans cesse renouveler tout au long de votre vie à deux.

Tout d’abord, c’est la première confrontation entre les désirs de l’un et de l’autre, de la culture, de l’éducation, des représentations, et également de la différence. Ce qui est assez paradoxal car c’est au moment que l’on décide de s’unir à quelqu’un que nous sommes confrontés à toutes tes différences avec l’autre. C’est la prise directe très forte de la différence de notre partenaire et de comment on compose avec cette différence de l’autre. Vous découvrez comment être ensemble en étant différent.

C’est l’occasion de déclencher le premier acte de différentiation avec sa propre famille de naissance et c’est le moment de créer son modèle original pour votre nouvelle vie à deux. Un dernier conseil : essayez de trouver un bon compromis en vous recentrant sur vos fondamentaux. Faîtes valoir ce qui est indispensable pour vous et n’oubliez pas que ce qui importe c’est le simple fait de vivre ensemble.

J’espère que cet article aura su répondre à vos questions et vos doutes concernant votre mariage !

Retrouvez moi sur Instagram, Facebook & Pinterest !

3 commentaires

  1. […] différentes : vous êtes un couple du même sexe, vous êtes non croyants, vous êtes de religions différentes ou encore un de vous deux est divorcé et a déjà été marié religieusement. Bref, dans tous les […]

  2. […] avant, pendant ou après le mariage. Comme je l’ai expliqué dans mon précédent article sur les questions et doutes que l’on se pose durant le mariage, la future mariée va certainement alterner entre des périodes de creux et de pics émotionnels. […]

  3. […] vous êtes mariés ! Pour éviter la déprime post-mariage euphorique je vous conseille de lire cet article où j’explique le fameux Wedding […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.